Articles en ligne

Écouter les élèves dans les différents espaces scolaires (C. REVERDY) 2020

Résumé : A partir d’études portant sur la professionnalité des conseillers principaux d’éducation (CPE) notamment, sur l’histoire de l’éducation et empruntant à la sociologie et à la philosophie, ce dossier de veille présente une cartographie des espaces des établissements du second degré : l’objectif est de mieux comprendre quelle division du travail peut être à l’œuvre entre les personnels, et comment ces derniers accompagnent la socialisation ou l’apprentissage de la citoyenneté des élèves dans ces espaces. L’autrice poursuit ses analyses dans le cadre plus large de l’espace social des élèves hors cadre scolaire. Quel rôle des personnels dans le contact avec les familles, avec les partenaires extérieurs ? Quelle complémentarité avec les missions de direction ?

De l’apprentissage en famille à la scolarisation républicaine. Deux cas d’étude en Guyane et en Polynésie française
par  Maurizio Alì

Cette thèse présente une analyse anthropologique de l’éducation informelle chez deux communautés autochtones de l’Outre-mer français : les Wayana-Apalaï, en Guyane, et les Enata, en Polynésie française. A partir des données recueillies grâce à un travail ethnographique de longue durée, on a pu déterminer le temps consacré aux interactions éducatives dans le milieu domestique, les styles éducatifs dominants et les logiques éducatives des membres des deux communautés. La dynamique éducative a été interprétée en tant que processus de transmission des données culturelles liées à un paysage naturel et social déterminé. Les résultats obtenus montrent que les stratégies éducatives des Wayana-Apalaï et des Enata sont modelées par les contraintes propres à la dynamique postcoloniale et des impératifs imposés par l’économie de marché.Cette proposition de recherche veut investiguer et comparer deux cas d’étude hautement significatifs à propos desquels il existe une évidente lacune dans la littérature scientifique : c’est le cas de la scolarisation des jeunes amérindiens appartenant à l’ethnie wayana et, spécifiquement, au village d’Antecume Pata, dans le Haut Maroni, en Guyane ; et celle des jeunes de langue reo ma’ohi, en Polynésie. L’hypothèse de travail est qu’il existe un évident hiatus entre les curricula qui sont appliqués dans les écoles où sont scolarisés les jeunes natifs et les dynamiques de formation parentale traditionnelles. L’objectif de cette recherche est de démontrer que la prise en compte du contexte culturel et linguistique (et surtout du rôle qu’occupe la famille dans l’éducation des jeunes) doit participer à l’acquisition des compétences citoyennes dès le plus jeune âge, surtout dans un environnement pluriethnique. Pour tester cette hypothèse, un travail de longue durée sur le terrain a été envisagé afin d’obtenir un corpus ethnographique suffisant pour une évaluation transversale en considérant comme variables les styles éducatifs, les perceptions des parents, les attentes des maitres et les curricula scolaires à partir de la question « qu’est-ce que la réussite pour les familles des élèves et en quoi diffère-t-elle de la conception institutionnelle ? »

close

Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle

//

Subscribe to our monthly newsletter

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :